SOLEIL


Le ciel offre le plus beau des azurs à une mer placide qui se pare de son plus joli reflet pour lui répondre, timide sourire d’une jeune princesse, troublée par un compliment des plus adroits.

Doucement, imperceptiblement, ce bleu s’illumine encore puis se fait marine à mesure que le globe doré amorce sa vertigineuse descente vers les profondeurs de l’ouest gourmand. Le soleil, très vite se vêt d’orangé et change le bleu du ciel en un rouge flamboyant à peine zébré par la présence de quelques cirrus égarés.

L’est s’assombrit tandis que le soleil, que l’on ose désormais fixer sans qu’il brûle l’iris, plonge inexorablement. Très vite il vient chatouiller l’horizon lointain, puis, déjà, le pénètre avec délicatesse.

C’est le moment. Il me faut lui confier mes pensées égarées, mes soucis fidèles, mes solitudes insistantes, mes images imaginées, mes présences virtuelles, mon inépuisable amour.

Quelques secondes suffisent à mon messager pour se fondre dans l’océan, pour enflammer le ciel d’un pourpre soudain, pour disparaître enfin, chargé de mes missives océanes…

Très vite, le ciel s’assombrit, la mer mêle son gris bleuté à celui du ciel, qui se pare enfin de gris souris, de gris foncé, enfin de noir. C’est la nuit. Mes ondes voyagent.

Bientôt, le ciel s’éclaire à l’est tandis que mon cœur envahit mon âme qui rêve pour lui la plus jolie des symphonies oniriques. Je dors serein, le voyage céleste de mes ondes touche à sa fin. La lumière devient plus vive et frappe avec douceur à vos volets pourtant clos. Un rai téméraire vient caresser vos visages toujours enfantins. Vos yeux étonnés s’ouvrent lentement, vos corps s’étirent, chassent un reste de sommeil. Vous voilà prêts à déguster enfin mes pensées tropicales.

Vous remerciez alors le soleil, si généreux, d’avoir accompli le périlleux périple de la nuit pour nourrir vos cœurs de mes câlins murmurés. Vous retenez quelques instants ce héros quotidien, le temps de lui lancer quelques remerciements inconscients. Mon sommeil s’agite qui déjà en perçoit les ondes.

Tandis que midi vient déjà taquiner vos appétits retrouvés, une douce lumière filtre timidement de mes rideaux complices. Le soleil est de retour et me remplit d’une joie matinale au fur et à mesure qu’il me délivre vos doux messages. Je bois vos pensées, me goinfre de votre jeunesse et enfin rassasié, je regarde mon ami monter vers le zénith, fier de sa noble mission accomplie.

Votre journée sera bonne, la mienne excellente. Notre messager bientôt inversera sa trajectoire et doucement comme chaque soir, plongera pour nous. Il donnera quelque chaleur, se cachera, joueur, derrière un nuage en goguette et réapparaîtra très vite. Sa lumière photosynthétisera la sève des plantes et des fleurs, qui offriront leur oxygène à toutes les amours de la Terre. Sa lumière éclairera vos yeux. Sa lumière nous guidera l’un vers l’autre. Sa lumière sera notre éternel chemin.

Là-haut, le ciel se pare du plus beau des azurs…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×