LA GOUTTE

La douche est l’agréable pluie d’une myriade de gouttelettes tièdes. Mais comment la goutte vit-elle le doux voyage de ta douche ?





LA GOUTTE



Je viens enfin de jaillir du pommeau. J’atterris en douceur sur le front que tes cheveux frisés ont dégagé en se regroupant sur ta nuque. Enfin !


Le contact de ta peau ! Sa douceur est une invitation à laquelle je ne résiste pas : je me faufile entre le coin de ton œil noisette et la naissance de ton si joli nez pour goutter le plaisir de ta joue droite.


Plaisir rapide qui se termine par une sensation tout aussi exquise : la commissure de tes lèvres est un piège envoûtant dont l’attraction me sera fatale. Non. J’évite de succomber à la tentation de me laisser happer par cette langue gourmande qui m’attire vers le paradis de ta bouche.


Le menton pourrait se révéler un dangereux précipice mais d’une adroite bascule, je m’élance avec avidité et descends, trop vite, vers ta poitrine aux courbes si parfaites. J’opte pour le sein gauche, celui du cœur. La finesse de la peau, à mon grand regret, accélère mon parcours.


Mais le plaisir que je déguste en parcourant ton ventre chaud me console de ce trop éphémère bonheur. J’ose sans hésiter me diriger vers le plus secret de tes secrets puis le long de la face intérieure de ta cuisse où le grain de la peau devient simplement magique.


Je glisse, je glisse…


Je suis une luge sur la piste du plaisir. Le galbe parfait de ton mollet ralentit imperceptiblement la fin de mon voyage. Mais, au détour des formes si droites de ton pied fragile, je me blottis entre deux orteils, m’accroche de toutes mes forces. Enfin, je suis parvenue à ne pas te quitter, à ne pas m’en aller vers l’antre sordide d’une bonde insatiable.


Mais déjà, je découvre avec horreur que tu as empoigné la serviette.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site