ESPERE

ESPERE...

ROMAN

 

 

 

ESPERE... est un recueil de lettres d'amour très particulières puisqu'elles s'adressent à une inconnue, le doux mystère que l'auteur « Espère » aimer tout au long de cet été quercynois. Un été d'espoir, de colères et de passions, un été d'amour, mais aussi une lutte incessante contre les démons de la solitude.

158 pages, 15.24 cm x 22.86 cm

Livre à couverture souple 11,99 € - Téléchargement: 4 € (fichier PRC)

 
Titre disponible sur http://stores.lulu.com/stephanethomas

Extrait :

Je viens de passer quatre-vingt-dix minutes à marcher, à penser à toi, à arpenter cette longue plage, bordée de blockhaus et de sombres images. Je n'ai été distrait que par un coureur solitaire, sept cavaliers, quatre marcheurs et deux cyclistes. Le noroît, assez soutenu, donnait une excuse à mes larmes. Paradoxalement, j'étais profondément triste et profondément serein à la fois. La mer, pourtant si dangereuse, me rassure. Elle est forte, elle est vivante, elle vainc le temps qu'il fait, elle défie le temps qui passe.

 

Je rêvais encore et encore à cette même promenade, la main droite enfoncée jusqu'au trou de ma poche au lieu de serrer délicatement ta main gauche, celle qui arbore déjà cette bague aux discrets péridots et cette marquise à la si longue et néanmoins si fine améthyste. A moins que tu ne préfères l'inverse. Qu'importe laquelle de nos mains réchauffe celle de l'autre, lequel de nos regards réchauffe le cœur de l'autre. Nous parlons un peu, pas trop, quelques mots sans importance, sans aucun sens que celui de l'amour qui les articule entre deux sourires. Nous nous aimons, le long de cette plage, abandonnons à cet instant sa plénitude.

Hélas, comme à l'habitude tu n'es pas là, et ça me pèse. Je dois être lucide, affronter la réalité impitoyable de cette solitude qui me meurtrit de plus en plus.

Au loin, à la jumelle, l'île d'Oléron et son phare rouge et blanc surgissent de la mer exactement comme tu surgiras de nulle part. Je sens l'océan, je sens la côte, et je sens ton absence. Tu n'es pas là, une fois encore. Décidément !

Je tourne le dos à Oléron, je laisse les Gollandières, je quitte la mer et ses goélands et je m'en retourne, l'esprit plus que jamais perdu dans les bras de celle qui est déjà tout pour moi, tes bras, mon doux mystère.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×