SOIF D'AMOUR

SOIF D'AMOUR 


François, archéologue traverse en 4x4 le désert du Ténéré, pour rallier Agadès avec le trésor qu'il vient de découvrir. Soudain, la panne. Malheureusement, il s'est écarté de la route classique et les secours tardent à arriver jusqu'à lui. Gagné par la soif, François, dans ses délires, appelle Béatrice, l'amour de sa vie, qui l'a quitté il y a cinq ans. A son grand dam, c'est le souvenir de Valérie qui vient hanter ses dernières heures.

En participation à l'anthologie « Petites grivoiseries » du collectif d'auteurs Dix de Plume

Extrait :

Le jour se lève sur le Ténéré. François a vidé la dernière gourde. Il sait que cette fois sa mort est proche. Soudain, le ciel s'obscurcit étrangement. Pourtant, il n'y a pas un souffle de vent. François perçoit un bruit sourd, au loin. Peut-être est-ce un véhicule qui approche ? Le bourdonnement devient de plus en plus perceptible. Il n'a plus la force de se lever, mais il connait le désert et s'explique vite ce phénomène : c'est un nuage bien particulier qui masque le soleil : la huitième plaie d'Egypte, une nuée de criquets pèlerins ! Des milliards d'insectes affamés! Quelques minutes plus tard, les orthoptères ravageurs s'abattent sur la dune. François se cache sous la couverture, puis, plus rien. L'instant d'après, le soleil est là, qui darde ses impitoyables rayons. Les gourdes sont vides, les criquets ont rejoint les hommes bleus aux confins du pays des mirages.
- Valérie, je vais mourir. Je ne sais plus si je suis lucide. Mes sens me trahissent, je n'y vois plus. Je suis anéanti par la soif. J'ai soif de toi. Comme avant ! Comme jamais je n'ai cessé d'avoir soif de ton sourire, de ta bouche, de ta langue, de tes jambes qui lentement s'écartent en une impudique et lascive invitation, de tes yeux qui se ferment, de ton corps qui s'abandonne, puis qui capitule sous les assauts du plaisir...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site